Il est temps de se bouger. Les professeurs d’Education physique et sportive (EPS) devraient profiter de la semaine de l’EPS qui démarre ce lundi pour marteler ce message. A en croire leurs représentants, les cours de sports auraient moins la cote. « Dans le primaire, l’horaire officiel n’est jamais assuré totalement », témoigne l’un. « Au bac, avec la disparition des épreuves nationales, avec son faible coefficient, son volume horaire plus que limité, l’EPS est devenue anecdotique aux yeux des élèves. Le nombre de dispenses augmente », se plaint un autre…

Lire la suite : Article LeJDD.fr, par Marie Quenet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *